Skip to Content

Home / Mission

La mission de SOS-Torture/Burundi  est la lutte contre les violations graves des droits de l’homme avec l’appui d’une large participation citoyenne notamment au niveau des témoignages (Victimes, témoins oculaires ou auriculaires). 

Les témoignages peuvent provenir de citoyens ordinaires, des défenseurs des droits de l'homme œuvrant dans différentes organisations de la société civile, des ONGs internationales ou même des agents de l'Etat : Policiers, militaires, Agents de l'administration publique, Parlementaires et membres des partis politiques.

Les données sont recueillies, traitées, vérifiées puis partagées avec des acteurs potentiellement capables d'user de leur influence pour arrêter ces violations et poursuivre en justice au Burundi ou devant les mécanismes internationaux les auteurs de ces violations. 

 

Objectifs

Principaux objectifs

  • Attirer l'attention du Gouvernement du Burundi et de ses partenaires sur les violations massives commises par les agents de l'Etat supposés protéger la population et les amener à mettre fin à cette situation
  • Sensibiliser la population à dénoncer systématiquement les violations dont elle est témoin

 

Attentes de SOS-Torture/Burundi

  • Le Gouvernement et ses partenaires (Missions diplomatiques et consulaires, Mécanismes des Nations Unies, de l'Union Européenne, de l’Union Africaine, EAC ...) sont informés des violations commises et prennent des dispositions requises pour mettre fin aux violations en cours ;

 

  • La population participe et collabore activement avec l’Organisation SOS-Torture/Burundi dans la dénonciation et les témoignages sur les violations des droits de l'homme pour éclairer les décideurs dans leur prise de décision dans l'arrêt des violations des droits de l'homme ;

 

  • Les agents des services étatiques (Administration publique, Police, Armée, Justice) contribuent à l’Organisation SOS-Torture/Burundi en livrant des informations vérifiées et vérifiables sur les violations dont ils ne sont pas capables de mettre fin de peur de représailles multiformes de la part de certains responsables de ces violations influents sur l'échiquier politico-sécuritaire.